logo de l'Alt
  • L'embouchure des tributaires
  • Les grands herbiers
  • Les petits herbiers
  • Le phragmite
  • Les cyanobactéries

Phosphore et eau tiède : le mariage parfait

Pourquoi les plantes aquatiques poussent-elles en abondance à l'embouchure de la rivière, des ruisseaux et des fossés qui alimentent le lac ?

  • L'eau y est peu profonde, donc plus chaude.
  • Si le littoral a une pente faible, les sédiments provenant de l'érosion s'y déposent, chargés de phosphore : un vrai compost pour les plantes aquatiques.
plante aquatique à lo'embouchure d'un ruisseau

Quel encombrement !

Les plantes aquatiques les plus abondantes dans le lac Trousers — selon le relevé de 2009 — sont :

  • La brasénie de Schreber
  • La nymphéa
  • La myriophylle
  • La pontédérie
  • Le scirpe

La myriophylle est gênante pour la baignade et le canotage. Ne l'arrachez pas, sauf pour créer une étroite allée pour la baignade et l'accès des embarcations.
Ne laissez pas ces débris dans l'eau ; ajoutez-les plutôt à votre compost.

Comme les plantes aquatiques sont enracinées dans un substrat riche en phosphore, leur arrachage remet ce phosphore en circulation. De plus, les plants cassés que vous risquez de laisser dans l'eau donneront rapidement de nouvelles boutures !

Pour réduire le nombre de plantes aquatiques, nous devons réduire l'érosion, source des sédiments qui les nourrissent.

Une fois qu'elles en seront privées elles cesseront de croître. Nous aurons alors gagné une première manche !

grand herbier

Voyez le détail du relevé réalisé par Chris Adam en fin d'été 2009.

Lancez le diaporama ici !

Et les petits herbiers !

Les petits herbiers occupent au moins 1 mètre carré et comprennent entre autres :

  • Le nénuphar jaune
  • Le potamot
  • Le rubanier
  • L'élodée du Canada
  • Le carex
  • La lobélie de Dortmann
  • Le phragmite

Voyez le détail du relevé réalisé par Chris Adam
en fin d'été 2009.

Lancez le diaporama ici !

petit herbier

À prendre avec des pincettes !

Le phragmite a fait son apparition chez nous.

Non indigène, envahissant, le phragmite peut faire des ravages dans un lac déjà fragilisé.

Il faut repérer les petites colonies AVANT qu'elles ne se développent.

Si vous trouvez du phragmite, contactez l'ALT immédiatement !!!

N'essayez pas de l'extirper sans instruction. Il faut y mettre des précautions, sans quoi la situation risque d'empirer.

Nous vous donnerons des instructions précises sur la façon de limiter son enthousiasme !

phragmite

Ce ne sont pas des algues !

Les cyanobactéries sont des... bactéries. Elles vivent dans toute la colonne d'eau, c'est-à-dire en surface ET en profondeur.

En raison de leur couleur, on les a baptisées à tort « algues bleu vert ».

De loin il est facile de les confondre avec les algues filamenteuses (de vraies algues, celles-là, qui se développent en eau peu profonde et très chaude).

L'épisode de grande chaleur, en mai 2010, a produit des algues filamenteuses dans un secteur peu profond du lac. Cette éclosion a duré plusieurs jours avant de se résorber.

À notre surprise, les cyanobactéries n'ont pas fleuri à ce moment-là. C'est que peu de phosphore était disponible dans le lac : la légère crue printanière ayant entraîné peu de sédiments (= peu de phosphore) dans le lac.

fleur de cyanobactériesalgues filamenteuses